L’aéroport de Toulouse bientôt modernisé

L’actionnaire chinois Casil Europe a contracté un prêt de 102 millions d’euros pour engager des travaux sur le site Toulouse-Blagnac.

aeroport

Plusieurs aménagements sont prévus à l’horizon 2020 : la reconfiguration du hall D où va être créée une zone commerciale sur 5 000 m², la réfection des parking et des infrastructures aéronautiques, la modernisation de l’aérogare, l’agrandissement du Hall A qui sera flanqué d’un nouveau quai pour accueillir les compagnies low cost et régionales…
Voilà la programme qui attend l’aéroport Toulouse-Blagnac dans les quatre prochaines années, sous l’égide de son nouvel actionnaire, Casil Europe, contrôlé par des investisseurs chinois. Pour réaliser ce projet, 102 millions d’euros vont être mis sur la table. Cette somme sera avancée, sous la forme d’un emprunt remboursable sur quinze ans, par « Natixis, AG Insurance, la Caisse d’Epargne Midi-Pyrénées et la Banque Populaire Occitane » a précisé dans un communiqué le directoire du site.

Hausse de la capacité d’accueil

Pour Anne-Marie Idrac, présidente du Conseil de Surveillance, « cet accord traduit la confiance des acteurs bancaires locaux dans notre projet ; il confirme également la volonté des actionnaires de l’aéroport d’impliquer les acteurs économiques locaux dans notre développement ».
Cette restauration doit permettre de répondre aux enjeux de développement posés par « la croissance du trafic » (7,4 millions de passagers en 2015, dont 2,2 millions en low cost) et aux besoins des 35 compagnies qui exploitent désormais l’infrastructure (Ryanair arrivera en fin d’année).
Dans la cadre du projet Extension Sud, l’agrandissement de l’aérogare devrait porter la capacité d’accueil de l’aéroport à 12 millions de voyageurs.
« La signature de cet accord est une très bonne nouvelle, et une étape importante franchie dans la mise en œuvre de notre projet pour développer l’aéroport de Toulouse-Blagnac et contribuer au rayonnement de la région » ajoute Anne-Marie Idrac.

Post author

Journaliste de formation, j’occupe actuellement la fonction de rédacteur au sein du réseau des sites Internet de services aux entreprises du groupe Libbre.
Je peux justifier d’une expérience de six ans dans la presse quotidienne angevine au sein de trois quotidiens : la Nouvelle République, Ouest-France puis le journal majoritaire en Maine-et-Loire : le Courrier de l’Ouest (2007-2009).

Laisser une réponse