Toulouse : la ligne A du métro fermée jusqu’au 21 août

Des travaux d’agrandissement menés sur la ligne A vont mettre le métro toulousain à l’arrêt pendant un mois. C’est la première étape d’un lourd programme d’investissements qui s’étalera jusqu’en 2020.

metro toulouse
Une des artères majeures du réseau toulousain de transport collectif est gelée depuis lundi. En cause, un gros programme de restructuration qui s’inscrit dans un projet de long terme visant à adapter les stations de la ligne A à l’accueil de rames plus longues pour désengorger le trafic-passager.

230 000 voyageurs quotidiens

Aujourd’hui, l’équipement embarque quelque 230 000 personnes par jour, un flux qui n’est plus supportable aux heures de pointe sur certains secteurs. Augmenter la fréquence des trams n’étant plus possible pour des raisons évidentes de sécurité, la métropole a dû opter pour la seule solution qui vaille : l’agrandissement des rames jusqu’au double de leur capacité actuelle. Or, plusieurs stations souterraines ne sont pas adaptées pour accueillir ces nouveaux convois de 52 mètres de longueur. Il faut donc agrandir leurs quais : c’est le cas à Mermoz, Fontaine-Lestang, Patte-d’Oie et Basso-Cambo (en aérien). L’opération est si lourde qu’elle s’étendra sur deux autres étés, jusqu’en 2020 date à laquelle les nouvelles rames seront déployées.
Ce chantier de longue haleine est le plus gros investissement du mandat en cours : 180 millions seront débloqués, dont près de la moitié dans le gros œuvre, l’autre moitié (66 millions d’euros) dans la mise à jour des systèmes informatiques installées sur les façades des quais.
Pour compenser l’arrêt du trafic entre les deux terminus Balma-Gramont et Mirail-Basse-Combo, la ligne B est renforcée et complété par des navettes assurant des allers-retours entre les parkings-relais des Argoulets à l’est (ligne A, rue de Gaillac) et le terminus de Borderouge, au nord. les passages de bus sont également plus nombreux sur les lignes 12 et 14 et sur le réseau complémentaire de substitution (lignes 130 et 140).

Post author

Journaliste de formation, j’occupe actuellement la fonction de rédacteur au sein du réseau des sites Internet de services aux entreprises du groupe Libbre.
Je peux justifier d’une expérience de six ans dans la presse quotidienne angevine au sein de trois quotidiens : la Nouvelle République, Ouest-France puis le journal majoritaire en Maine-et-Loire : le Courrier de l’Ouest (2007-2009).

Laisser une réponse