Toulouse, un bon plan pour les investisseurs immobiliers

Selon une enquête réalisée par Explorimmo.com, Toulouse est la deuxième ville la plus attractive et dynamique de France derrière Bordeaux.

Doucement mais sûrement, Toulouse monte en puissance : 6ème en 2012 du classement établi par Explorimmo.com, la ville rose se hisse directement en seconde position de l’édition 2013. Pourquoi ?
« En développant notamment  » Euro Sud-Ouest », projet destiné à accompagner l’arrivée du TGV, la ville rose s’impose dans le Top 3 du palmarès » indique le site d’annonces immobilières.

Plusieurs critères entrent dans l’élaboration de ce palmarès d’attractivité : le dynamisme démographique, l’importance et le profil de la population étudiants, le marché de l’emploi sur dix ans, le niveau des loyers et des prix de l’immobilier. L’impact de la crise sur ces différents indicateurs est également pris en compte.

LGV Bordeaux-Toulouse en 2018

Le dynamisme toulousain est porté par des projets majeurs, comme le programme Euro Sud-Ouest, liée à la future ligne à grande vitesse (LGV) qui reliera la Haute Garonne à Bordeaux en 3h15 de trajet dès 2018, mais aussi l’écoquartier de la Cartoucherie, le quartier des Sciences, Montaudran Aerospace, Oncopole…

Dans ce contexte dynamique, le marché immobilier local résiste bien, bien qu’en repli comme partout ailleurs : « tous les quartiers de Toulouse sont porteurs » assure Explorimmo, depuis « l’hypercentre jusqu’aux secteurs périphériques comme Saint-Cyprien, Saint-Michel, le Busca, les Minimes, Borderouge, Croix Daurade et, bien sûr le quartier de la gare Matabiau ».

A titre d’exemple, il est « possible d’acquérir un 2 pièces de 50 m² à 178 000 €, à proximité du métro Patte d’Oie. Acquis en Duflot, il peut procurer un loyer de 533,50 € et rapporter 3,5 % ».

Post author

Journaliste de formation, j’occupe actuellement la fonction de rédacteur au sein du réseau des sites Internet de services aux entreprises du groupe Libbre.
Je peux justifier d’une expérience de six ans dans la presse quotidienne angevine au sein de trois quotidiens : la Nouvelle République, Ouest-France puis le journal majoritaire en Maine-et-Loire : le Courrier de l’Ouest (2007-2009).

Laisser une réponse